SERGE GÉRARD SELVON
PLASTICIEN
BLOG

Dernier(s) 5 billets

  • IN MEMORIAM FIROZ
  • SAKILI
  • HARALD SZEEMANN À DÜSSELDORF
  • KHALID NAZROO
  • ÉMILIE CAROSIN

Pas de nouveau commentaires

  • Pas de commentaires

Archives

2019:Juin | Décembre
2018:Février | Mai | Septembre | Octobre
2017:Novembre | Décembre

Catégories

14.12.2017

LE 21ÈME SIÈCLE EST GLISSANT

“Le 21ème Siècle est Glissant“ est le titre d´un court essai de Hans Ulrich Obrist paru dans le catalogue des publications de Documenta 1347 dans lequel l´auteur/théoricien/critique/historien de l´art/curateur suisse rend hommage au philosophe martiniquais disparu depuis peu, et acquitte solennellement une dette de reconnaissance envers quelqu´un qu´il considère être un des plus grands penseurs de notre temps et qui a profondément marqué sa propre démarche intellectuelle et son parcours  professionnel. Il lui attribue la même portée intellectuelle aujourd´hui que Foucault et Deleuze en leur temps. 
                Obrist, codirecteur des expositions et directeur des projets internationaux de la Serpentine Gallery à Londres, organisateur/curateur d´un nombre impressionnant de grandes expositions internationales, et classé numéro un dans la liste des cent personnes les plus influentes  dans le numéro de Novembre 2009 de la revue d’art Art Review, admet avoir toujours mis en pratique le précepte-clef, leitmotiv de l´oeuvre de Glissant, à savoir la recherche d´échanges et de partages mondiaux qui ne convergent pas à l´uniformisation insipide et à l´homogénéisation de la mondialisation, mais qui, au contraire, génèrent la différence, vecteur du neuf, de l´original, de l´inédit selon le principe que le philosophe martiniquais nomme “Mondialité“. Obrist a été initié à un âge très précoce, 18 ans, à  la pensée de Glissant, grâce à  la rencontre avec le plasticien Alighiero Boetti, en 1986, à Rome, lors d´un voyage scolaire. Boetti a été très tôt, début des années 70, confronté à la réalité de la mondialisation dans la pratique de son art*. Tout imprégné de la pensée “archipélique“ de  Glissant,  il comprit d´emblée la nécessité et l´urgence de combattre le rouleau compresseur de homogénéisation des différences culturelles. Obrist révèle ainsi que, depuis ces visites dans l´atelier de Boetti, qui lui avait recommandé la lecture de Glissant, c´est devenu chez lui un rituel de lire tous les matins, pendant quinze minutes, tel un bréviaire, des textes de Glissant. Bien des années plus tard il eut enfin le privilège de faire la connaissance du philosophe et de l´interviewer de vive voix à plusieurs reprises…des entretiens qui influencèrent considérablement ses conceptualisations curatoriales et ne cessent de lui inspirer des textes…
Visite d´atelier - 2012/13. ©

Serge Gerard Selvon - 16:59:40 | Ajouter un commentaire

Ajouter commentaire

Remplissez le formulaire ci-dessous pour ajouter vos propres commentaires