SERGE GÉRARD SELVON
PLASTICIEN

CURRICULUM VITAE

  PARCOURS PROFESSIONNEL

         j´ai été bénéficiaire en 1963 d´une bourse d'études allemande (DAAD -Deutscher Akademischer Austausch-Dienst) pour étudier les arts plastiques, l´histoire de l´art et la science des arts à la Hochschule für Bildende Künste, la Kunstakademie de Düsseldorf. La pratique expérimentale  de différentes disciplines des arts plastiques (dans des ateliers de peinture, d´art graphique et de sculpture) et les études  théoriques et épreuves préparatoires (philosophie, histoire de l´art, sociologie de l´art, etc) que constituaient le cursus se sont échelonnées sur 9 semestres, de 1963 à 1968, et ont abouti  à la réussite aux épreuves finales de la formation professionnelle (voire à l´obtention de la „Erste philologische Staatsprüfung“.

        Mon Alma mater - où Paul Klee, ancien membre du Bauhaus, a été prof en 1931, jusqu'à sa destitution par les nazis - a été profondément marqué durant ces tumultueuses années soixante par la figure charismatique du professeur Joseph Beuys. Ce dernier a tenu toute une génération d'étudiants en haleine avec la constante démonstration "performative"de ses idées révolutionnaires. J'ai encore le vif souvenir de ses brillantes interventions dans les nombreux colloques et symposiums organisés par l'association des étudiants. Il est indéniable que les élèves de l'académie de ces années là, moi y compris, ont tous été ses disciples et pour ainsi dire, aux premières loges pour assister aussi à ses happenings /performances/ Fluxus  dans l'enceinte même de l'académie ou ailleurs dans les villes avoisinantes. Bref, il nous donnait des leçons de subversion à la barbe de l'establishment académique. Il chamboulait ainsi la routine officielle de l'institution académique traditionnelle, et eut vite fait de s'embrouiller avec tout le corps professoral  et de se mettre à dos avec la bureaucratie. Mais ses déboires avec les instances de la politique culturelle régionale n'entraveront nullement  le rayonnement de ses idées dans le monde de l'art. Bien au contraire. Il a été la tête de proue de l'épanouissement et de la diversité conceptuelle des arts performatifs de cette époque. On peut même dire qu'il est le père spirituel et la référence incontournable de légion de plasticiens contemporains, qui parfois reconnaissent ouvertement une filiation, à  l'instar de Kappour qui le cite souvent. 

            Le professeur de sociologie de l'art, le dr Gustaf Stein, un personnage haut en couleur, détermineradans un registre tout à fait différent, mes rapports à l'art et ma vision du monde. Outre ses cours conventionnels dans le grand auditorium, le dr Stein embarquait les participants de ses colloques de fin de cycle, donc en petits comités, dans des cars pour aller rencontrer et dialoguer avec les grands collectionneurs, les grands consommateurs d'art de la riche Ruhrgebiet - bref, de toutes les grandes villes de la région . Il se proposa d'abord lui-même et sa collection privée comme sujet de l'initiation au champ sociologique de la collection d'art. Je me souviens de quelques expressionnistes dans le salon de sa villa patricienne et surtout d'un Hans Arp en bronze sur la pelouse ...  Je me souviens surtout de ce bouillant prof nous ouvrant les portes aux plus prestigieuses collections privées d'Allemagne, inaccessibles au grand public ...