SERGE GÉRARD SELVON
PLASTICIEN
BLOG

Dernier(s) 5 billets

  • IN MEMORIAM FIROZ
  • SAKILI
  • HARALD SZEEMANN À DÜSSELDORF
  • KHALID NAZROO
  • ÉMILIE CAROSIN

Pas de nouveau commentaires

  • Pas de commentaires

Archives

2019:Juin | Décembre
2018:Février | Mai | Septembre | Octobre
2017:Novembre | Décembre

Catégories

14.12.2017

LA CRÉOLISATION DU MONDE

La créolisation du monde

       La particularité historique et géographique des Antilles est la matrice dans laquelle vient s´enchâsser toutes les grandes idées de Glissant. La question de l´identité par rapport au passé colonial, thème du roman La Lézarde(1958), aborde des phénomènes propres au mélange des cultures sur le plan local, mais Glissant observe, suite au débat que soulève la mondialisation dans les années 80, le même processus continu de mélange partout ailleurs dans le monde. Il emploie le terme “Créolisation“ pour désigner ce phénomène culturel dans les essais “ Le Discours Antillais“ parus en 1981.
        Glissant transpose la configuration géophysique des Antilles dans la représentation métaphorique de ses concepts. L´île, l´archipel, l´embarcation, l´utopie, le mouvement, le  tremblement, la spirale…ces mots-clefs de l´extrapolation de son expérience poétique et esthétique de l´insularité coloniale constituent/composent le  dispositif conceptuel de sa “Weltanschauung“, sa vision du monde. L´île est à la fois le point de départ et un mode d´organiser le temps et l´espace. Archipel: symbole de l´interaction entre des cellules (îles) hétéroclites sans érosion´/étiolement de l´autonomie identitaire. Archipel: symbole d´un mode de structurer l´histoire et la culture. La philosophie des archipels de Glissant, respectueuse du pluralisme culturel, s´oppose donc à la vision totalitaire de la pensée continentale. “Edouard Glissant, le poète du tremblement et de la relation,(…), a coutume d´opposer aux pensées de système qu´engendre le corset continental la propension archipélique à soutenir le divers du monde“ proclame Régis Debray à la Maison franco-japonaise de Tokyo le 23 mars 201048. Archipel, Embarcation, Utopie, Mouvement, Tremblement, Spirale… des déclencheurs conceptuels de la pensée de Glissant.
            Obrist commente en détail, dans une video Vimeo du 11.08.2008 et dans plusieurs video You Tube, la réalisation des projets que lui a inspiré ce tourbillon mondial du mélange culturel, de créolisation, pour employer le terme de Glissant. Les expos “ Cities on the Move“ qu´il a co-organisé avec Hou Hanru et le projet “Do It“  qui s´est développé à partir d´un dialogue entre Christian Boltanski et Bertrand Lavier prennent ainsi pour principe fondamental le concept de créolisation de Glissant. La méthodologie curatoriale consistait à élaborer des coproductions interculturelles itinérantes et à mettre en lumière / à valoriser les effets de flottement, d´oscillations, de tension, de résistance convergeant à la gestation de “Différences“ dans les rapports référentiels entre les contenus (des expos) et  les lieux/territoires respectifs.  En appliquant ce principe de culture de la différence, Obrist prend le contrepied de la mondialisation/globalisation homogénéisante et nivelante propagée par ces mega-expositions qui sillonnent la planète. Contre le rouleau compresseur de cette mondialisation effrénée et l´idolâtrie de la pensée unique, il propose le relativisme criticiste du concept de la „Mondialité“ de Glissant, générateur de “Différences“.
Visite d´atelier - 2012/13. ©

Serge Gerard Selvon - 16:54:30 | Ajouter un commentaire